LANZARTE – LA JEUNESSE APPREND LA DÉMOCRATIE

Partout dans le monde, les jeunes doivent lutter pour se faire entendre. Dans les communautés de Bolivie prônant des valeurs traditionnelles, les jeunes sont à la peine :  leurs droits de participation sont limités, ils ont du mal à trouver un travail et ils sont écartés de la perception du public. Cofinancé par TEXAID, le projet LanzArte de Solidar Suisse permet aux jeunes de reprendre confiance au travers de projets de théâtre et de cinéma et de susciter des changements dans la société.

TEXAID et Solidar Suisse
TEXAID a été fondée en 1978 comme Charity Private Partnership par Solidar Suisse, en collaboration avec cinq autres œuvres d’entraide suisses et un partenaire privé. Le but était de grouper les collectes de vêtements traditionnelles pratiquées jusqu’alors de manière indépendante pour en faire une chaîne de création de valeur professionnelle, guidée par des principes écologiques et commerciaux. La majeure partie du produit réalisé par TEXAID à partir de la vente des textiles collectés est reversée aux six œuvres d’entraide parties prenantes. Avec ces fonds, Solidar Suisse finance une partie de ses quelques 60 projets dans le monde entier. Solidar Suisse s’engage depuis 1936 en faveur d’une société plus juste au niveau social, politique et économique. Solidar Suisse s’engage dans les pays en voie de développement et dans les pays seuils pour des conditions de travail plus justes, pour une participation démocratique et pour le respect des droits de l’homme. Lors de catastrophes, Solidar Suisse accorde une aide humanitaire et une aide à la reconstruction. Dans ce cadre de ces projets, Solidar Suisse travaille en étroite collaboration avec la société civile. Solidar Suisse organise des campagnes de sensibilisation pour informer la population suisse sur les liens mondiaux entre la pauvreté, le travail équitable et le comportement de consommation.

Des projets concrets contre la discrimination et le racisme
Discrimination, violence, alcoolisme et manque de perspectives : la jeune génération bolivienne aurait tant de raisons de se décourager.  Avec LanzArte, Solidar a lancé un programme qui s’oppose au désespoir et auquel les jeunes impriment leur propre dynamisme. Le programme a été initié en 2006, en pleine crise minière, afin de désamorcer les conflits et d’inciter les jeunes à dialoguer entre eux. Depuis, les jeunes gens s’expriment eux-mêmes au sujet de leurs problèmes, présentent des propositions et des projets au moyen de films, de pièces de théâtre et de programmes radiophoniques. Ils reprennent confiance et retrouvent un espoir. Les jeunes gens sont alors plus enclins à s’engager face aux problèmes de la société, pour leurs propres droits et pour la coparticipation démocratique.

Dans la ville minière de Huanuni par exemple, ils ont obtenu la construction sur la grand place d’un nouveau centre culturel ouvert à tous. À Copacabana, une troupe de théâtre a mis en scène sa propre version du Lac des cygnes et remet en question les stéréotypes de genre. Le groupe de théâtre dansé, à Cochabamba, explore le mobbing et la discrimination dans les écoles. À Sucre et Rurrenabaque, les jeunes ont fondé des clubs cinématographiques et tournent des courts métrages, par exemple sur la discrimination des jeunes handicapés physiques ou sur la violence au sein de la famille.

Toutes ces initiatives ont en commun de ne pas s’arrêter à la dénonciation d’abus. Des propositions concrètes sont formulées sur la manière de trouver des solutions pour une société plus démocratique et plus équitable. Les communes sont aussi le pilier central de la durabilité. Le but est d’inscrire dans les budgets des communes les initiatives culturelles initiées par le projet afin que celles-ci perdurent indépendamment du soutien que Solidar Suisse leur accorde.

Des informations complémentaires sur Solidar Suisse et sur le projet LanzArte mené en Bolivie sont à votre disposition ici.