LES NOUVEAUX JARDINS - POUR L’INTÉGRATION DES RÉFUGIÉS

L’Entraide protestante suisse (EPER) loue des parcelles de jardins potagers ou s’en voit confier par des paroisses ou des centres d’accueils pour les mettre à la disposition des migrants et de leurs familles. Elle crée ainsi une offre diversifiée favorisant l’intégration sociale des personnes qui ont dû fuir leur pays.

TEXAID et EPER
TEXAID a été créée en 1978 comme Charity Private Partnership par l’EPER et cinq autres œuvres d’entraide ainsi qu’un partenaire privé. Le but était de grouper les collectes de vêtements traditionnelles pratiquées jusqu’alors de manière indépendante pour en faire une chaîne de création de valeur professionnelle, guidée par des principes écologiques et commerciaux. La majeure partie du produit réalisé par TEXAID à partir de la vente des textiles collectés est reversée aux six œuvres d’entraide parties prenantes. L’EPER peut financer une partie de ses projets grâce à ces fonds. Elle apporte une aide humanitaire d’urgence après des catastrophes naturelles et pendant ou après des conflits armés. Les autres priorités, dans le domaine de la collaboration au développement, sont la lutte contre les origines de la pauvreté, de la faim et de la misère sociale en Asie, en Afrique et en Amérique latine, la coopération avec les églises dans l’Est de l’Europe et au Moyen-Orient et l’aide à la reconstruction en Europe, l’aide aux réfugiés ainsi qu’aux personnes socialement défavorisées en Suisse.

Les origines du projet
Après leur arrivée en Suisse, les réfugiés vivent souvent dans l’isolement – il manque aux femmes particulièrement un lieu de rencontre sociale ou une activité hors de l’appartement familial. Pour nombre de migrants, le travail au potager ou dans les champs faisait partie de la vie de tous les jours au pays. En Suisse, ces femmes n’ont le plus souvent aucun accès à un jardin potager. C’est pour cette raison que l’EPER a lancé ce projet et loué des parcelles de jardins potagers qu’elle met à la disposition des réfugiées pour qu’elles les cultivent. Elles aménagent et cultivent à leur convenance les parcelles qui leur sont allouées personnellement.

Promotion de l’intégration et production de produits alimentaires sains
Le projet encourage activement l’intégration des migrantes et de leurs familles dans la société suisse. À la fois lieux de travail et lieux de rencontre sociale, les jardins potagers permettent aux bénéficiaires de s’impliquer et de faire preuve d’initiative personnelle. L’échange d’expérience avec d’autres bénéficiaires et voisin(e)s dans les potagers renforce la confiance en soi des femmes. La culture de ses propres légumes, aromates et fruits soulage le budget d’un ménage et enrichit les repas. Les enfants ont un espace pour jouer et l’activité régulière au grand air est bénéfique pour la santé. Les rencontres hebdomadaires au jardin sont l’occasion de pratiquer le français ou l’allemand ; les collaborateurs apportent une aide pour les travaux de jardinage biologique et informent sur les offres d’intégration ainsi que les autres offres courantes. L’EPER permet ainsi de structurer judicieusement le quotidien et bâtit des passerelles pour l’intégration. Des activités sont organisées pour les enfants sur quelques-uns des 30 sites du projet de jardins potagers et les bénéficiaires profitent d’un accompagnement dans leurs démarches pour une location individuelle.

Des informations complémentaires sur l’EPER et sur le projet « Les Nouveaux Jardins » sont à votre disposition ici.